Accueil > Actualités > A la une > Sécurisation des frontières maritimes, Hamed Bakayoko au salon ‘’Euronaval’’ (...)

Sécurisation des frontières maritimes, Hamed Bakayoko au salon ‘’Euronaval’’ en France : « Il y a de grandes menaces »

Publié le vendredi 26 octobre 2018

Aéronautique : le Ministre d`État, Ministre de la Défense, Hamed Bakayoko à la 50e édition de Euronaval à Paris. Il a pris part, ce vendredi, à Paris Bourget au Salon mondial du naval, de défense et de sûreté-sécurité maritime.

Le Ministre d’Etat, Ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, a participé ce vendredi 26 octobre 2018, à Paris Bourget, à la 50e édition du salon ‘’Euronaval’’ 2018. Rencontre mondiale du naval de défense et de sûreté-sécurité maritime organisée tous les deux ans, et qui réunit des donneurs d’ordre, des industriels, des experts et des décideurs des marines militaires des cinq continents.

Le ministre ivoirien de la Défense, qui a vu un intérêt à prendre part à ce salon, a justifié sa présence par les menaces relevées sur les côtés maritimes de la Côte d’Ivoire. « Il y a de grandes menaces en termes de pirateries dans nos eaux, de pêches illégales, de terrorisme, de sécurité, de défense et de souveraineté. Il faut que la Côte d’Ivoire se dote de moyen pour protéger sa façade maritime ». Hamed Bakayoko note, en effet, les offres dans le domaine maritime que ce salon lui a permis de voir, tout comme la nécessité de mettre la Côte d’Ivoire à jour en termes d’acquisition de bâtiments de surveillance. « Nous allons faire le bilan et voir dans quelle mesure la Côte d’Ivoire pourra renforcer ses capacités à surveiller ses côtés maritimes et également à préserver sa zone maritime », a déclaré le ministre d’Etat qui se réjouit des rencontres intéressantes qu’il a eu à cette édition de ‘’Euronaval’’ 2018.

Ce rendez-vous de Paris a été une belle occasion pour les industriels de présenter leurs dernières innovations, portées par un marché en constante évolution. Les équipements autonomes continuent leurs progrès et étendent leur influence. A l’image des drones de plus en plus présents dans la marine et se développent rapidement. Ce salon, souligne les initiateurs, aura été la tribune pour mesurer à quel point l’usage de ces engins dans la marine tend à se généraliser. Idem pour les nouvelles applications de l’Intelligence artificielle, notamment dans la lutte anti sous-marine, qui ont également été présentées.

172 pays, faut-il le souligner, ont accès à la mer. Au niveau mondial, la flotte militaire représente environ 10 000 bâtiments, dont 500 sous-marins. 80 d’entre eux disposent d’une flotte militaire, mais seulement 30 pays au monde ont une industrie navale de défense.

La France est un acteur important de ce secteur, même si elle fait face à la concurrence croissante des pays émergents, tels la Turquie, la Chine, l’Ukraine et Singapour. C’est pourquoi les acteurs européens cherchent à se regrouper. Une alliance entre l’Italien Fincantieri et le français Naval Group est ainsi en discussion.

Portée par l’accroissement des tensions internationales et l’augmentation des budgets militaire, l’industrie navale de défense est en phase de croissance. Son chiffre d’affaires global représente 45 milliards d’euros dans le monde, en hausse de 15 % depuis 4 ans. Les sous-marins constituent le tiers du carnet de commandes. La filière, selon les données chiffrés livrées à ‘’Euronaval 2018’’ représente 42 000 emplois directs en France, 180 entreprises et un chiffre d’affaires annuel de 9,5 milliards d’euros, soit plus de 6000 milliards de F Cfa.

Cette année, ce sont près de 470 exposants de 34 pays et près de 90 délégations étrangères, soit quasiment toutes les marines du monde, qui se sont donné rendez-vous à Paris. Parmi elles, la Côte d’Ivoire, représentée par son ministre de la Défense, Hamed Bakayoko et le chef d’Etat-major de la Marine nationale, le contre-amiral Djakaridja Konaté.