Accueil > Actualités > Discours > DISCOURS DU MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DE L’INTERIEUR ET DE LA SECURITE HAMED (...)

DISCOURS DU MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DE L’INTERIEUR ET DE LA SECURITE HAMED BAKAYOKO A BEOUMI

mercredi 18 février 2015

DISCOURS DU MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DE L’INTERIEUR ET DE LA SECURITE HAMED BAKAYOKO A BEOUMI

“Je vous adresse les salutations de votre frère Allah NʼSan, le Président Alassane Ouattara. Ce matin (samedi dernier, ndlr), il mʼa dit : ʻʼHamed, tu vas à Béoumi saluer tous mes parents, les cadres, les amis et leur dire que je suis de cœur avec eux et que très bientôt, je serai avec eux pour inaugurer le pont de Béoumiʼʼ.
...

Honorables invités,
mesdames et messieurs,

je salue à cette tribune les éminentes personnalités qui ont fait le déplacement. Je vous remercie pour cette cérémonie dʼhommage au Président de la République. Vous faites bien. Quand quelquʼun fait de bonnes choses, il faut le reconnaître. Cela lʼencouragera à continuer.

Merci chers chefs,
votre porte-parole a dit beaucoup de choses,mais jʼai été marqué par une phrase. Il a dit que cʼest un Président qui aime sincèrement son peuple. Oui ! Vous avez tout dit parlant du Président Alassane Ouattara.

Tous les jours, toutes les semaines, sa préoccupation, cʼest de tout faire pour améliorer le plus vite possible, les conditions de vie des populations. Il ne pense pas à lui, à sa santé, mais à tout ce quʼil peut faire pour aider les Ivoiriens, surtout ceux qui sont à lʼintérieur du pays. Cʼest cela sa pré- occupation. Et cʼest bien de lʼavoir perçu et de lui rendre hommage.
Vous avez dit que le pont qui est en train de sʼachever est un pont pour votre développement. Vous savez, en 40 ans, il y a 8 mandats présidentiels de 5 ans. Mais en un seul mandat, il vous a donné le pont. Donc imaginez tout ce qui viendra après.Je vais aller lui dire de faire plus pour vous .Car Béoumi lʼaime et tout Béoumi est mobilisée pour lui.

Merci mes chefs. Vous avez dit également que depuis 1934, votre statut était régi par un arrêté colonial. Il vous a promis et il lʼa fait. Il vous a donné le statut des rois et chefs traditionnels de Côte dʼIvoire pour que tout le monde vous respecte. Vous les chefs, ce que vous nous avez enseigné, ce qui est précieux, cʼest le respect. Si on ne respecte pas les chefs, ce nʼest pas bon. Et vous ici en pays Akan, cʼest la leçon que vous donnez à la Côte dʼIvoire et au monde.
Une société qui est bâtie sur ces valeurs avance dans lʼordre. Cʼest donc important. Ce statut fera de vous de vrais chefs. Très bientôt, vous aurez votre siège et on mettra en place la chambre des rois et chefs qui vous donnera une autre dimension. Cʼest important. Le président a décidé de vous doter dʼun budget équivalent à celui du Conseil économique et social. Cʼest-à-dire, un budget dʼenviron 5 milliards de francs CFA. Un président qui fait cela est un président qui vous aime. Il aurait pu prendre cet argent pour faire autre chose mais il préfère le mettre à votre disposition. Vous avez trop souffert de la crise. On doit maintenant vous apaiser. Chefs, je vous demande de le soutenir comme vous le faites ce matin, mais surtout dʼexpliquer à tout le monde son engagement. On a parlé tout à lʼheure de lʼAppel de Daoukro. Cʼest un appel pour la paix, la réconciliation, le développement et pour lutter contre la division. Cʼest pour cela que le Président Bédié, qui est un sage, un chef, a lancé cet appel. Il veut que les périodes de campagne électorale ne soient pas des périodes de division. Il sʼest dit : ʻʼOn vient à peine de sortir de la crise. Il y a eu la guerre, nos parents ont souffert et je ne veux pas encore que les enfants dʼHouphouët se divisent avec les multitudes de candidatures, PDCI, RDR… Je ne veux plus que les palabres reprennentʼʼ.

Chefs, le Président Bédié a parlé. Que peut-on dire encore ? Les questions de pouvoir ne doivent pas être guidées par une ambition personnelle. Cela doit être collectif, pour la société. Tout le monde ne peut être chef en même temps et le même jour. Chacun a son temps. Des personnes viendront certainement vous dire que le PDCI nʼa pas beaucoup de postes ou les Baoulé nʼont pas beaucoup de postes. Ce sont des choses quʼon peut arranger. Mais est-ce à cause de cela quʼon va recommencer à faire palabre ? Les palabres commencent doucement et prennent de lʼampleur. Les contradictions secondaires se radicalisent et cela devient des crises graves, puis la guerre. Je compte sur vous pour montrer le bon chemin à ces personnes.

Chefs, lʼAppel de Daoukro est profitable à tous. Le Président Bédié sait que sʼil y a la paix, les élections vont vite se dérouler et ensemble on va continuer à développer notre cher pays. Ce nʼest pas la peine de gaspiller les énergies dans la politique politicienne sinon le Président Bédié pouvait lui-même chercher à reprendre le pouvoir. Mais il ne le fait pas. Ce nʼest pas une affaire de personne, cʼest la Côte dʼIvoire quʼil faut voir. Donc je vous demande dʼexpliquer cela partout. Je compte sur vous pour soutenir lʼAppel de Daoukro. Les cadres de Béoumi, soyez unis. Mettezvous toujours au-dessus des contradictions, de vos ambitions personnelles pour le développement de votre région. Vos ancêtres vous regardent. Quand vous êtes unis, vous êtes plus forts. Béoumi a des cadres compétents. Je suis fier de votre député Saraka Adolphe.

A lʼAssemblée nationale, ses interventions sont précises dans la forme et dans le fond. Un grand pays repose sur de grands hommes.Merci à toi, honorable. Je veux maintenant parler du jeune frère Sidi Touré. Vous savez, le pouvoir nʼest pas une affaire dʼâge. Si Dieu donne la chance à lʼun des vôtres, vous devez le soutenir. Mais si vous trouvez que cʼest un jeune et que vous ne le soutenez pas, il ne sera pas fort pour vous aider. Pour le découpage électoral, Sidi mʼappelait tous les jours pour que je suive le dossier et aujourdʼhui cʼest chose faite. Quand on devait construire les ponts, il a soutenu le dossier relatif à celui de Béoumi. Cʼest comme cela quʼil faut se battre pour que chacun puisse avoir une promotion à travers lui. Cʼest vous qui devez le porter parce quʼil est la première personne à qui le président parle le matin et la dernière personne à qui il parle le soir. Quand jʼai un rendez-vous important avec le président, il me dit dʼen parler à Sidi pour quʼil nʼoublie pas. Députés, maires, cadres… vous devez vous mettre ensemble pour voir comment la région peut profiter au maximum de ce cadre. Ne regardez pas son âge. Je vous demande de vous unir autour de lui, cʼest une opportunité. Tout le monde nʼa pas cette chance. Vous devez lʼencourager.Chersparents,laCôtedʼIvoireesten marche.Mêmesiàtitrepersonnel,certains nʼont pas encore senti les retombés, chacun est unanime pour dire quʼon voit la direction et quʼon sent quʼelle est bonne. Nous sommes sur la bonne voie. La Côte dʼIvoire est un peuple rassemblé et uni aujourdʼhui. Tous les signaux sont bons. Même la coupe dʼAfrique, nous venons de lʼavoir, 23 ans après sous Alassane Ouattara. Cʼest un président qui porte chance. Je peux vous dire que Béoumi ne sera pas enreste.Jʼai noté tous les points.

A Abidjan, jʼirai avec Sidi pour rencontrer le président et lui dire que jʼai vu les populations, tous les chefs, toutes les femmes, tous les jeunes mobilisés pour le remercier pour tout ce quʼil a fait mais quʼil reste encore à faire là-bas. On va cibler des projets qui vont se faire. Le budget de lʼEtat, cette année, est de 5000 milliards. On va tout faire pour que vous ayez votre part. Cʼest sur ces paroles que je voudrais vous engager à prier pour le pays,le président.Soyez des garants de la paix, de lʼunité de Béoumi et de la Côte dʼIvoire. Si on est uni, nous allons progresser tous les jours. Nous sommes en train de bâtir un grand pays. Cette année, le président va lancer les travaux de lʼautoroute qui va relier Yamoussoukro à Bouaké. Il est concret. Ne regardons plus tout ce qui nous a divisés. Nous sommes des frères, des enfants dʼHouphouët-Boigny.

Vive Béoumi,
vive la région de Gbêkê,
vive la Côte dʼIvoire.
Je vous remercie.

NEWSLETTER

  • RECEVEZ PAR EMAIL L'ACTUALITÉ D'HAMBAK :
Copyright © 2013 - 2017 Hamed BAKAYOKO - Tous droits réservés, Mentions légales
Ce site utilise des cookies afin de vous assurer la meilleure qualité de navigation. Vos données privées. Propulsé par MYGALIS